Nos produits
Bénéficiez d'offres exceptionnelles !



Informations
 

Pour une demande de devis ou l'envoi de pièces détachées, merci de nous adresser votre demande par mail.
à l'adresse : contact@golfcad.fr

 

 
Posez une question en direct !

Conseils techniques pour un bon achat

Les moteurs :
La puissance importe peu, pour les vélos électriques la puissance varie de 180 à 250 W (souvent en 24V voir 36V il est vrai) pour une charge totale (vélo + utilisateur) de + de 120 kg alors que pour le golf il s'agit de 35 à 40 kg donc même un moteur de 140W suffira pour monter les fairways et les rough les plus escarpés. Par contre le rapport poids/puissance moteur / capacité batterie est primordial pour les batteries classiques qui perdent en rendement au cours des cycles de recharge : en 12 volts <= à 17Ah avec un moteur de 200W, tout va bien au début, après 100 cycles de recharge votre batterie sera presque vide au 18ème trou sur un parcours peu escarpé (pas idéal pour les play off et les départs/retour éloignés en shotgun). Notre choix a été conditionné par un rapport batterie/moteur optimum permettant de faire sans problème 27 trous sur n'importe quel parcours dans la plupart des cas, voir 36.  
 
Les freins :
Par chariots sans frein nous entendons sans frein de retenue en marche avant dans les descentes. Tous ont à l'arrêt un frein moteur qui permet de laisser le chariot dans une pente montante à l'arrêt (mais en diagonale suivant le % de la pente). En descente et à l'arrêt il suffira de le faire pivoter de 65°. Nous distinguons 4 types de freins :
le frein mécanique (à disque, comme sur un VTT), simple, peu onéreux,
le frein moteur passif (il n'intervient que quand l'alimentation électrique du chariot est sur pause et n'est pas réglable)
Le frein moteur actif : il n'intervient que par rotation du potentiomètre, il faut donc repasser par la position arrêt pour faire le règlage de sa puissance en fonction de la pente, soiuvent bien plus puissant qu'un frein moteur actif
Le règulateur de vitesse automatique : c'est le système le plus abouti, vous règlez la vitesse souhaitée, le chariot la conserve quelque soit le relief
 
Les contrôleurs :
Le contrôleur a aussi une importance capitale dans la gestion de l’énergie pour les batteries acides (classiques) donc sur l’autonomie des chariots : un chariot A avec un mauvais contrôleur a une autonomie de 24 trous, avec un contrôleur normal, il en fera 30, avec un très bon contrôleur il en fera 36. Outre l’autonomie c’est aussi et surtout la durée de vie de la batterie qui est en question, lorsqu’elle ne tient plus 18 trous , il faut la changer, donc si avec le mauvais contrôleur elle fait 24 trous au début, elle arrivera fatalement en fin de vie plus tôt qu’avec un excellent contrôleur. Nous indiquons le nombre de cycle de charge (durée de vie) des batteries pour chaque chariot en fonction de son contrôleur, (nos fournisseurs utilisent tous de bons contrôleurs, l’un d’eux fabrique lui-même les siens, excellents, vous pourrez donc voir que certaines batteries 24Ah, 26Ah et 36 Ah ont une durée de cycle variables
 
 Les batteries :
Tous nos fournisseurs ont adopté des batteries dites « deep circle » c'est-à-dire qu’elles ont une durée de vie 30% supérieure aux batteries utilisée jusqu’à il y a peu de temps, mais elles sont encore loin des capacités des batteries Lithium. Aucune des batteries utilisées par nos chariots n’ont d’effet de mémoire, les recharger même lorsqu’elles sont peu déchargées ne les endommage pas. Lithium ou acide ? Les batteries lithium restent trés chères (300 euros environ fin 2009) mais ont trois avantages : le poids (3kg au plus), l'autonomie (54 trous en général, 36 pour les chariots télécommandés) et le nombre de cycles de recharge (en général plus de 1000). Ce dernier facteur n'a aucune importance tant que leur prix ne baissera pas d'au moins 50%. Reste donc deux facteurs : le poids et l'autonomie. Sur le premier trimestre 2009, nous vendions 10% de nos chariots en lithium, sur le second, 20%, sur le troisième 30%, sur le dernier (à la date du 5/12/2009) 40%. La tendance va probablement se stabiliser. Les prix devraient baisser doucement à partir du 2ème semestre 2010 mais quand atteindrons nous 150 euros pour une batterie lithium (avec son chargeur) ? Au moins deux ans si ce n'est 3. Attention beaucoup de chariots (sur notre site ou d'autres) ne sont pas mixtes dans la même référence : En effet la règle en général est que Lithium = 24 volts, acide = 12 volts mais il y a des exceptions mais qui tendent à disparaître.
 
Les châssis :
Alliage d'aluminium, acier, inox, carbone, titane ou autre ? Le carbone et le titane sont délicats à mettre en forme, ils sont légers et solides ce qui sont leurs principales qualités mais ils sont chers, très chers. A notre avis si ils ne sont pas accompagnées d'innovations ou de caractéristiques majeures au niveau du chariot lui même, mieux vaut oublier (pour l'instant). Reste les autres matériaux. L'acier autrefois très répandu se raréfie à cause du poids plus élevé que les alliages d'aluminium. Il faut cependant lui reconnaître une meilleure rigidité qui va bien au delà du nécessaire. Il reste utilisé essentiellement pour les chariots à usage très intense (location). L'alliage d'aluminium a conquis le marché par sa légèreté, sa très bonne rigidité et sa solidité (il faut un bon alliage et des profilés dont l'épaisseur est dictés par l'effort qui sera demandé). Reste l'inox qui n'est pas réservé aux cocottes minute : Il est du plus bel effet, plus lourd que les alliages d'alu mais très solide (attention cependant aux points de soudure, nous avons pour notre part sélectionné un fabricant maîtrisant parfaitement ce matériau); Il demande un peu d'entretien mais si vous achetez un chariot inox c'est que vous êtes soigneux. Au niveau des points de fermeture, tous sont maintenant bien au point : cliquets, vis, gâches, les systèmes sont maintenant bien maîtrisés. Pas de préférences sinon pour les systèmes qui permettent d'ajuster la poignée en hauteur.Reste les articulations : en général sur les chariots mono bras (presque la totalité de notre offre) le point d'ancrage est beaucoup plus solide mais il est vrai qu'il doit supporter tout l'effort. C'est cependant la tendance, pour des raisons esthétiques et de légèreté. Les cadres traditionnels n'ont plus leur mot à dire sinon pour des chariots avec suspension (rares) car c'est le seul type de cadre qui puisse accueillir un système d'amortisseurs à un coût raisonnable.
 
Le diamètre des roues :
Les grands diamètres ont tendance à se généraliser, non pas seulement pour une question d’esthétique mais aussi pour des questions de confort et de robustesse. Sur terrains accidentés, elles sont moins sensibles aux trous, et sur les parcours qui utilisent un drainage de surface pour les chemins, le passage des drains est beaucoup plus confortable pour le joueur et pour le chariot. Ceci dit sur ce point de vue, les roues gonflables ou semi pleines ont aussi une très bonne efficacité.
 
Les moyeux :
Les moyeux dits « roues libres » sont des moyeux unidirectionnels, cela signifie que les roues sont unidirectionnelles (une droite et une gauche). Ces moyeux agissent de la façon d’un différentiel et le chariot est en roues libres dans le sens avance lorsque le moteur n’est pas utilisé. Cela peut être pratique en cas de panne d’autant qu’il suffit d’inverser les roues si vous préférez tirer votre chariot en roues libres plutôt que de le pousser. Ce n’est pas le principal attrait, sauf si vous avez oublié votre batterie. Le principal attrait est la maniabilité, le chariot peut tourner sur place sans le moindre effort. Comme tout avantage a son inconvénient, les chariots avec moyeux roues libres n'ont aucun frein moteur (c'est par ailleurs l'une des raisons pour lesquelles ils sont utilisés, le frein moteur via les roues endommage ce dernier si il n'est âs conçu pour.
Les moyeux conventionnels ne sont pratiquement plus utilisés sauf pour les chariots télécommandés qui ne sont jamais en roues libres, raison pour laquelle ils ont généralement (tout au moins ceux que nous vous présentons) une position roues libres sur l’axe. Lorsque les roues sont sur cette position le chariot ne peut alors pas être entrainé par le moteur et il est en roues libres en avant comme en arrière.
 
La bande de roulement :
Il y a 3 grandes familles : bandages, pneus ou monobloc.Pour les bandages, le latex est de plus en plus utilisé pour ses qualités d’adhérence, en général il est légèrement sculpté plus pour une question d’esthétique que pour améliorer le grip. Il est soit collé à la roue, soit simplement posé sur une roue crantée. L’usure sur terrain meuble est très faible. Pour les bandages collés, en général on change la roue complète lorsque le bandage est usé (…. bien après la batterie et moins cher). Pour les autres bandages il suffit de les changer en positionnant bien les crans. Pour les pneus, ils sont soit pleins ou semi pleins (synthétiques, dans ce cas des sculptures profondes s’imposent), soit gonflables en latex naturel (sculptés ou non)Reste des roues monobloc : la roue et la bande de roulement font qu'une seule pièce, à éviter car ce sont des roues en général fragiles. Nous n'en n'avons pas sur le site.Il y a bien d’autres points techniques mais ce serait fastidieux de les énumérer, ceci n’est qu’une introduction sur les points majeurs d’un chariot électrique. Les fiches de nos produits donnent beaucoup d’informations mais certainement pas tout, nous avons du en oublier. Si vous avez besoin d'informations complémentaires ou de conseils, n'hésitez pas à nous contacter.